Deux lauréates vous racontent leur expérience

 

Pourquoi sciences po?


Florie : depuis la seconde, j'avais Sciences Po dans la tête, le nom faisait rêver mais ça me paraissait loin et inaccessible. Après la visite de l'établissement, c'est devenu vraiment concret, et plus je me renseignais sur l'école, plus ma première idée se confirmait, même si j'ai passé 3 ans dans le doute. On se demande forcément tout le temps si on fait le bon choix.
Lea : Moi j'ai été attirée par cette école un peu plus tard. Même si j'ai fait la visite de l’IEP, j'avais beaucoup d'idées en tête : l'art, les langues, une prépa, une fac... J'étais perdue, mais au début de la terminale, je me suis dit que c'était sciences po qui me correspondait le mieux. Je me suis engagée dans la prépa en me disant que je pourrais toujours arrêter si j’avais une autre idée en cours de route, mais ce qu’on faisait en cours le mercredi après-midi me plaisait, alors j’ai continué.

Comment avez-vous géré le travail de la prépa pendant l'année?


Florie : il ne faut pas se mentir, faire la prépa rajoute une dose importante de travail. C'est plutôt difficile de concilier travail pour les cours et travail pour le concours, surtout qu’on se dit tout au long de l’année qu’il faut privilégier le bac et les notes du deuxième trimestre si Sciences Po ne marche pas ! C’est pour ça que les mois de mars/avril sont compliqués, car il faut faire des choix.
Lea : Le gros morceau c'est l'histoire, tout ce qu’il faut apprendre fait vraiment peur, surtout au début de l’année, on se dit qu’on n’y arrivera jamais. Mais il ne faut pas lâcher, essayer de garder le rythme toute l'année, surtout pendant les vacances, faire des fiches… Il faut aussi lire la presse française et internationale le plus régulièrement possible pour assimiler des informations sans avoir trop le sentiment de travailler. En fait, il y a toujours quelque chose à faire pour se préparer, on n’en voit jamais le bout, mais c’est ça qui nous pousse en avant.

Comment s'est passé le concours?


Florie et Léa : on a dormi toutes les deux chez une ancienne lauréate qui avait eu le concours l'année précédente, car la responsable de la prépa nous avait mis en contact avec elle. Ça nous a vraiment permis d'aller au concours moins stressées !
C'était une journée vraiment spéciale et intense, il fallait rester concentrées quoi qu'il arrive et bien gérer son temps parce que les épreuves sont courtes pour éliminer ceux qui ne terminent pas ou trop vite… C’est bien aussi d’être avec des gens qu’on connait pour discuter et se changer les idées, parce que ça peut déstabiliser d’être seul au milieu de tous ces concurrents.

Et les résultats?


Florie : le jour des résultats, j'étais 61eme sur liste complémentaire au concours initial. Après un mois d'attente je suis finalement passée sur la liste principale avec 10,75 en actualité, 7,25 en anglais et 13 en histoire!
Lea : Je n’ai pas été prise au concours général mais j'étais admissible à FIFMA et finalement les oraux ont été concluants puisque j'ai été admise avec 15,5 en actualité et 10 en anglais! Pendant que je préparais mon entretien, la responsable de la prépa m’a donné beaucoup de conseils et j’ai aussi parlé aux étudiants FIFMA du lycée pour avoir quelques infos, ça m’a énormément aidée.